Les cheveux de la femme : un élément d’influence et d’estime de soi

Magalie Boulerice Photographe

On dit souvent que les yeux sont la fenêtre de l’âme, mais que dire de nos cheveux ? Qu’est-ce que les changements capillaires peuvent bien dire sur nous?

Ce que révèlent vos cheveux sur votre état psychologique

Vous avez sûrement remarqué que lorsque vous changez de tête, vous alimentez plusieurs commentaires de la part de votre entourage devant votre nouvelle chevelure. Sans oublier votre reflet dans le miroir, la sensation du renouveau que vous ressentez lorsque vous réalisez que vous n’avez plus la même longueur de cheveux. En jouant avec vos cheveux ou en les lavant sous la douche, ça fait toujours curieux de retrouver cette sensation de légèreté et de fraicheur qui, avouons-le, nous fait le plus grand bien.

Magalie Boulerice Photographe

Crédit photo : Magalie Boulerice Photographe

Ce besoin de changement

Je constate très souvent que lorsqu’une femme vient se faire couper les cheveux en salon, les raisons sont multiples. Il se peut que la femme ait besoin de se voir autrement devant le miroir, que ce soit afin de tourner une page sur son passé, effectuer une transition de vie ou simplement puisqu’elle s’apprête à changer de vie. Même si les effets espérés ne sont pas toujours au rendez-vous et qu’une rencontre avec son coiffeur ne règle pas tout, cela peut aider à faire un pas vers l’avant et donner un petit élan vers qui nous voulons devenir.

Se couper les cheveux n’est jamais un geste banal, bien au contraire.

Au-delà des résultats escomptés se cachent des signes de renouveaux. Je suis certaine que vous avez déjà vécu cette expérience ou ressenti ce besoin de changement dans votre vie. En fait, sachez qu’il est normal d’avoir le désir de se couper les cheveux dans les moments de joie, mais également dans les moments de peine. Lorsque, par exemple, on vit un deuil, un chagrin ou une maladie, cela apaise systématiquement votre esprit. Couper vos cheveux d’une manière surprenante donne également l’effet d’avoir le contrôle sur votre vie. Car s’il y a bien quelque chose qui nous entoure et que l’on porte, ce sont bien les cheveux que l’on a sur la tête!

Selon mon expérience, je catégorise trois types de coupes :

La coupe ¨guerrière¨

Plusieurs femmes qui s’apprêtent à mener un combat contre le cancer décident de raser toute leur chevelure avant le début du traitement afin de garder le contrôle sur leur perte de cheveu. Ce geste permet en quelque sorte de s’affirmer, voire, se préparer au combat contre la maladie. Ce ne sont jamais des moments faciles pour la femme, et pour l’avoir vécu auprès de certaines durant ma carrière, même si on souhaiterait que personne n’ait à le faire, mon conseil serait de partager ce moment avec son coiffeur en qui vous avez grande confiance.

La coupe ¨coup de tête¨

Vous est-il déjà arrivé de ressentir ce besoin urgent de vous couper les cheveux devant un miroir avec des ciseaux de cuisine à vingt-et-une heures ou à votre réveil? L’expérience finit souvent par être décevante. Pour certaines femmes cependant, c’est une façon de s’occuper d’elles. S’inventer des talents de coiffeur est parfois une mauvaise idée, car le résultat peut donner mal aux yeux et même, embêter votre coiffeur lorsque celui-ci doit corriger votre coupe.

La coupe ¨changement de saison¨

Cette façon de se couper les cheveux est plus de l’ordre de l’entretien, lors de vos colorations en salon ou de la transition des saisons plutôt qu’en vue d’une métamorphose extrême. Cela révèle chez la femme le désir de prendre soin d’elle, de vivre un renouveau et un vent de fraîcheur. C’est habituellement la coupe de cheveux qu’on se fait faire aux changements de saison qui allège son corps et son esprit.

L’expression par vos cheveux

Levez la main vous qui n’avez jamais eu l’envie d’une coupe de cheveux après une rupture amoureuse ou après une perte emploi? Enlever quelques ou plusieurs centimètres de longueur est un moyen de tourner la page et d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie.
Selon une étude menée aux États-Unis, 20% des 680 Américaines sondées disent avoir pleuré en sortant du salon parce qu’elles n’étaient pas heureuses du résultat, alors qu’une femme sur six disait être embarrassée de sortir en public si quelque chose cloche avec ses cheveux.
Chez les femmes, nos cheveux sont une manière de nous valoriser, de nous sentir belle et bien dans notre être tout entier, bref, il est tout à fait légitime d’assumer que nos cheveux déterminent qui nous sommes vraiment et notre style de vie.

Un truc pour éviter une coupe de cheveux que l’on regrette ensuite? Vous demander si vous effectuez un changement à partir d’un sentiment de renouveau plutôt qu’un sentiment de peur ou pour faire plaisir aux autres!

Les cheveux déterminent notre personnalité

Dans notre société occidentale et surtout dans les années 80, on associait généralement les cheveux longs aux femmes et les cheveux courts aux hommes. Je me souviens également qu’on disait que la séparation qui se trouvait à gauche était réservée aux femmes et que la séparation à droite était réservée aux hommes.

Selon un article publié dans le Chicago Tribune à la fin des années 80, les cheveux étaient un moyen de communiquer entre les sexes. Les cheveux longs étaient un signal primitif qui évoque la sexualité, la jeunesse et la féminité. Les coupes pixies dites « garçonnes » étaient une manière radicale de se détacher de la notion traditionnelle de féminité. Malgré tous les stéréotypes, les cheveux courts sont ultras féminins et raffinés. Il suffit de penser à la première coupe de cheveux de ma chanteuse préférée, Céline Dion, dans les années 90! Elle coïncidait avec sa nouvelle personnalité et son élan professionnel.
Bien que les cheveux colorés en disent aussi beaucoup chez les femmes, chaque geste que nous posons pour changer notre style illustre bien un désir de métamorphoser notre intérieur et notre situation de vie.

Mes expériences de coiffeuse

À mon avis, prendre soin de soi est une pratique quotidienne, une hygiène de vie. Pour le coiffeur, le geste de couper les cheveux redonne aussi envie aux femmes de prendre soin d’elles. Et selon mes observations et mes expériences, chaque femme ressent ce besoin pour se sentir belle et bien dans son quotidien.
Lorsqu’on accumule du stress ou de la fatigue, ces facteurs finissent par paralyser. On peut alors être moins encline à prendre soin de soi, mais un passage chez son coiffeur ne peut que faire du bien. Je remarque, comme plusieurs de mes collègues, qu’à la suite de la pandémie, les soins des cheveux et les colorations à la maison ont par ailleurs gagné en popularité. Voilà la preuve que d’avoir de beaux cheveux, c’est une priorité chez les femmes!

En fin de vie, les cheveux des femmes sont tout aussi importants

Tout au long de ma carrière, j’ai eu le privilège de visiter à quelques reprises une maison de soins palliatifs de ma région. J’ai remarqué que de nombreux proches aidants étaient tellement dévoués et que l’idée de coiffer les femmes en fin de vie qui s’y retrouvaient était aussi de définir ce que celles-ci représentaient : la féminité et l’estime tout en gardant un bon état d’esprit et une influence positive pour les femmes.

Je suis curieuse !! Est-ce que vos cheveux déterminent votre état d’esprit, ou le fait de simplement visiter votre coiffeur fait partie de votre rituel beauté?

Bon week-end à vous, belle femmes!

Écrit par
More from Sylvie Boulet
Quelle couleur de cheveux vous inspire pour l’automne-hiver 2020-2021 ?
Cette année, les colorations automne-hiver valsent entre les couleurs naturelles et les...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.