Entrevue beauté & confidences

Apprendre à vivre avec la réalité d’être différente des autres femmes suite à des problèmes de santé, n’est pas chose facile à accepter. Quand, déjà très jeunes, à l’adolescence, de jolies jeunes femmes doivent apprendre à vivre avec une nouvelle réalité comme celle d’avoir une « stomie », il est évident que tout ça apporte son lot d’angoisse et de stress. Cette réalité apporte également beaucoup de contraintes au quotidien.

Mon invitée d’aujourd’hui, Cathy Samson de Cowansville, a accepté volontiers de nous parler de sa condition physique afin d’aider d’autres femmes à mieux comprendre la maladie et ses conséquences, et peut-être même à apprendre à être fières de leur situation et à se trouver et se sentir belles, comme toutes les femmes.

1— À quel âge as-tu remarqué un changement important dans ta santé ?

C’est à l’âge de 16 ans que je me sens fatiguée, que je suis en perte d’énergie et que je perds également beaucoup de force. Suite à une série de tests et d’examens de santé, on m’annonce finalement le diagnostic de la maladie de Crohn. J’aurai à subir une chirurgie à 18 ans et une seconde à 28 ans. La vie continue son chemin et c’est à 34 ans que je devrai subir, pour une troisième fois, une importante chirurgie : celle de la « stomie » causée par une perforation de l’intestin grêle.

2— Quelles ont été tes plus grandes inquiétudes face à cette nouvelle ?

Vais-je avoir une vie normale ? Est-ce que je vais pouvoir m’occuper de mes enfants ? Est-ce que je vais pouvoir porter un maillot de bain ? Ma relation avec mon amoureux changera-t-elle ? Comment les autres vont-ils me percevoir ?

3— Quels ont été les changements physiques qui sont survenus pour toi, Cathy ?

À 34 ans, je suis mariée et heureuse maman de deux enfants. Je pèse à ce moment-là 120 livres. Cinq semaines plus tard, je perds beaucoup de poids et toucherai les 80 livres. Mes muscles sont atrophiés, j’ai de la difficulté à marcher, mais aussi de la difficulté à me déplacer seule. C’est alors que je devrai utiliser une marchette afin de faciliter mes déplacements dans la maison.

4— Et le conjoint dans tout ça ?

Difficile de garder le titre d’amoureux traditionnel dans toute cette histoire. Le conjoint devient rapidement l’infirmier, l’aidant naturel, le cuisinier, l’aide ménager et devient souvent le seul pourvoyeur de la famille. Ce qui rend la vie parfois un peu plus difficile malgré tout l’amour qui règne dans la petite famille.

5— Quels moyens prends-tu pour garder le moral ?

Tout ça est possible grâce à mon amoureux, à mes enfants et à mes précieux amis. Mes créations artistiques et mes nombreuses implications sociales sont, pour moi, essentielles à mon moral. C’est avec beaucoup d’humilité que je dois peser chacun de mes projets, car j’ai tendance à en prendre trop. J’ai une urgence de vivre, et ce inconditionnellement. Ce que je crois le plus important pour alléger ma situation de santé, c’est d’en parler ouvertement aux gens qui m’entourent et de répondre aux questions de ceux-ci.

6— As-tu changé ton alimentation ?

Il est important de manger le plus de calories possible et du sodium en surplus. Des pâtes, du pain, des patates et du riz sont au menu. Et pour combler mes carences alimentaires, je reçois un bonus alimentaire par voie intraveineuse à l’hôpital, et ce, chaque semaine.

7— As-tu changé ta façon de voir la vie ?

Même s’il y a des jours de vulnérabilité et de tristesse, rien n’empêche de passer de belles journées et de voir la vie du bon côté. Les gens de mon entourage peuvent parfois même être surpris de nommer ma « stomie » dans nos conversations, avec un brin d’humour, afin d’alléger et de mettre les gens à l’aise autour de moi.

8— As-tu des conseils pour les femmes qui ont reçu ce diagnostic ?

Il est important de bien s’entourer de personnes positives. Prendre le temps de bien s’informer sur la situation, lire des ouvrages sur le sujet, faire du bénévolat pour se sentir moins seule et faire une différence dans la société, faire les choses à son rythme et prendre les choses une à la fois.

9— Quel est ton secret beauté ?

Malgré notre budget serré je trouve important de réserver un montant pour la coiffeuse une fois par deux mois, ainsi que pour un manucure une fois par mois environ. Plusieurs pourraient dire que c’est superficiel, mais c’est la base pour moi afin de me trouver belle. Tous les jours avant 16 h, je m’exige de m’habiller, je me peigne et très souvent je me maquille très légèrement… juste pour ne pas avoir l’air malade. Je dis avant 16 h, car c’est important pour moi que mon conjoint et mes enfants sachent que je prends un minimum de temps pour moi dans ma journée.

Même quand ça ne me tente pas, je le fais, car la plupart du temps ça me donne un regain d’énergie, souvent de courte durée, mais ça aide énormément le moral. Je trouve ça dommage que plusieurs femmes négligent ce point. Plusieurs femmes prennent leur mari pour acquis, et oublient que c’est plaisant pour lui d’arriver à la maison et d’avoir une femme qui tente d’affronter la vie malgré les embuches. Se trouver belle aide à continuer d’avancer et aide notre famille à nous trouver belle aussi. Malgré tous ces efforts, je dois être honnête avec vous et vous avouer que nue, devant mon miroir, je ne me trouve pas encore vraiment belle. Je fais confiance en l’avenir et je garde espoir qu’un jour j’aurai fait la paix avec cette stomie et que je la trouverai belle.

10— Quels sont tes plus grands désirs Cathy pour ces femmes atteintes de cette maladie ?

Que les femmes puissent recevoir et s’offrir des soins adéquats, de beaux sous-vêtements et de belles lingeries afin de mettre en valeur leur féminité, selon leurs envies et les occasions. Que les femmes, également, qui n’ont pas les moyens financiers de s’en procurer pour l’estime de chacune d’elle, puissent le faire.

Merci, Cathy, pour cette belle entrevue touchante et inspirante xox

 

Écrit par
More from Sylvie Boulet

Traitement Olaplex révolutionnaire

OLAPLEX , l’ingrédient qui change tout, croyez-moi! Vous avez les cheveux abimés...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *